Bonne année !

Bien le bonjour par ici ! J’ai envie de réécrire un p’tit peu. Alors me voilà. Cette année, on a feté Noel le 31 décembre car mon militaire de mari n’était pas là à Noël. Je ne suis pas partie en vacances en novembre comme je l’aurai aimé, ni ne partirai fin janvier comme on aurait aimé le reporter : Etat d’urgence = plus de congés planifiables. Ce qui est je pense complètement débile, mais j’imagine qu’ils font comme ils peuvent.

Projets pour cette année : le meme depuis bientot 2 ans : réussir à devenir parents. Mais quand on a des déplacements pros des deux cotés, c’est à se demander quand on arrivera à se retrouver aux bonnes date ! Du coup, en attendant, on a pris un deuxième chat. Cliché ouais, mais ça remplit nos soirées et puis on découvre la jalousie de chat numero 1. C’est assez rigolo.

Voilà pour ce mini billet. Bonne année et à la prochaine !

Pomme.1918325_10153850028045917_3789213720103933160_n

Coucou

Hello,

J’ai moins envie d’écrire en ce moment. Des projets qui tombent à l’eau, d’autres qui reviennent, et de nouveaux qui émergent…
Dans une semaine je passe le cap de la 30taine. Pour l’occasion, je serai en Norvège sur un bateau Mickey. Je vais prendre un nouveau cours de couture un peu pointu (de la broderie mais avec une technique russe…), et j’ai deux courses défis : 12km demain et 14km dans deux semaines. Bref, tout roule, mais j’ai moins envie d’écrire en ce moment… Peut etre un peu plus tard ?

A bientot !

Les ventes privées Hermès

Ca y est, j’ai fait un truc de Parisienne (ou de Chinoise vu le nombre qu’elles étaient), après avoir participé une fois dans ma vie comme exposante dans un salon du chat, je pourrai aussi dire qu’une fois dans ma vie, j’ai fait une vente privée Hermes. Vous l’aurez compris, comme pour le salon du chat, c’est une expérience marrante à faire une fois, mais je ne me vois pas réitérer l’expérience.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, voilà le topo :

Hermes , maison de luxe française, ne fait pas de soldes. Nada. Enfin pas en boutique. Parce que deux fois par an, Hermes loue quand même le palais des expositions Porte Maillot à Paris pour ses ventes privées. Enfin pas si privée, vu que c’est ouvert à tous, sans cartons ni rien. Ayant lu la blogosphère avec attention, je savais que les portes ouvraient à 9h00, et que certains y sont dès 6h du mat’. Je me suis dit, bon, moi mon objectif c’est d’acheter un carré, si y en a déjà plus, ou bien des moches bah tant pis, je le saurai pour l’année prochaine. Car ça fait un peu 3 ans que je me dis « ah oui les ventes privées Hermès, j’irai bien » et n’y vais jamais. Donc là cette année, je me suis dit « aller, j’y vais ! »

 

Arrivée à 7h45 avec un bon bouquin sous le bras, il y avait déjà pas mal de monde. Les files d’attentes étaient plutôt bien faites, comme à Disneyland, qui nous ont fait zigzager au premier étage de la porte Maillot. J’ai dû rentrer vers 9h15 (les premiers sont rentrés vers 8h30). Après, bah comme à Disneyland, quand on croit qu’on arrive, y a encore la queue ! Donc pour l’espace carrés et étoles, il y avait deux files d’attente (une carré, et une étole). Les carré Hermes en 90×90 vendus à 330€ étaient soldés à 190€ (donc en gros -40%), je me suis donc engouffrée dans cette file, qui avançait quart d’heure par quart d’heure. Les vendeuses étaient sympaes, j’ai pu prendre le temps pour choisir mon carré. Même si disons-le nous, on était plus chez les chinois que les français. Et en plus ceux qui étaient avec moi ne donnaient pas une très belle image de la Chine. Mal polis, qui poussent dans tous les sens, ne rangent pas derrière eux, qui courent (! – non mais allo quoi, ce sont juste des soldes !)… Bof bof. Pas mal de public hétéroclite, des turques, des américaines, et des parisiens / parisiennes de tout âge. Bref, ça reste tout de même bien organisé car en passant par petites vagues, on a le temps de regarder et à part les gens sans éducation, le shopping se passe plutôt bien. Une fois passée cette première étape, la vendeuse ne nous laisse pas partir avec notre marchandise, (trop de risques de vols à mon avis). Elle note la commande sur un papier et met les carrés dans une enveloppe qu’on récupère après le passage en caisse.

J’ai ensuite fait le tour des autres produits vendus. Des fringues (une robe passe de 2000€ à 1000€, alors certes c’est une affaire, mais ça n’est pas dans mon budget), des chaussures, des accessoires (coussins, plaids, serviettes de bain…) L’article le moins cher que j’ai trouvé a été une serviette pour les mains très sombre à 17€ au lieu de 34 (mais j’aimais pas).

A la fin de ma ballade, la queue pour les carrés avait dramatiquement empiré (je pense qu’il y avait une bonne heure / heure et demie d’attente pour passer). Heureusement que j’étais partie avant. Ah car oui en sortant du dispositif, la queue pour entrer à la vente privée était tout aussi importante que quand je suis arrivée, donc je pense qu’à ce moment là, il y avait bien 2 heures d’attentes pour un carré…

Mon seul regret, a été l’absence de boite orange (je crois que j’y tenais autant qu’au carré en lui même). Mon carré sera donc mélangé à tous mes autres chechs, foulards et écharpes. Je suis toutefois contente d’avoir cette jolie pièce dans ma collection ! Et pour les petits curieux, il s’agit du modèle « Or bleu d’Afrique » : 

Une expérience à faire donc, mais au vu du monde, je crois que si je rachète un foulard dans ma vie, j’irai directement en boutique histoire d’avoir l’expérience de vente « complète ». En attendant, ce modèle est vraiment un coup de foudre pour moi, j’espère réussir à le garder longtemps ! Pour celles et ceux qui voudraient tenter, les ventes privées Hermes ont lieu du 14 au 16 janvier Porte Maillot à Paris, on y trouve la collection 2013, et je ne sais pas s’il y aura braderie le lundi (la deuxième démarque quoi), mais au vu du sourire des vendeuses quand je leur ai demandé, je pense que oui…

Aujourd’hui j’ai pris un RTT

Et ça fait du bien. Je n’ai actuellement plus aucun équilibre vie perso – temps de travail. Aucune visibilité sur un rééquilibrage de ma charge de travail, et quand bien même j’aime ce que je fais, ça me dérange. Car l’entreprise n’est pas tout (sauf si c’était ma boîte, mais ça n’est pas le cas). Bon mes patrons ne sont pas des stakhanovistes sanguinaires, je vais avoir un second apprenti pour m’épauler (du coup, wahou, on devient un service de 3 personnes en 6 mois, youpi !), mais quand même, en attendant qu’il/elle arrive, bah les journées sont longues.et après c’est sans doutes bête de ma part (ou alors j’ai trop peur de connaitre la réponse), je n’ai pas demandé à ce qu’on me paye mes heures sup’… Du coup aujourd’hui, tant pis si j’ai encore une petite montagne à produire, là c’est journée RTT. Histoire de faire un peu les soldes, d’aller à une vente privée que je lorgne depuis 3 ans, de solutionner mes soucis de conseil syndical (pourquoi les gens n’en font qu’à leur tête et pas comme la loi le dit ?)  et de prendre le temps de voir quels sont les programmes de l’après midi à la télé ! Et je pense que je vais même prendre le temps de programmer quelques articles aussi !mes chaussettes en RTT

mes chaussettes en ce jour de RTT, souvenirs du Japon

Alors qu’est-ce que tu deviens ?

Olala, que le temps passe vite. On passe déjà à l’heure d’hiver ! Des changements au travail qui m’ont littéralement pris tout mon temps ! Des aller-retours à Lille… (heureusement c’est pas trop loin de Paris, mais suffisamment quand même pour me rallonger mes journées et prendre sur mon temps de vie perso).
Et c’est bien ça qui m’embête. Rogner mon temps de loisirs/sommeil disponible. En ce moment, ma moyenne horaire est de 45 heures par semaine (et c’est une moyenne, j’ai fait bien pire, 100% no life le week end). Comment vous dire ? Je ne suis pas à plaindre. J’ai un travail. Dans la branche qui me plaît. Il n’est pas parfait, mais je peux partir en vacances. J’aimerai juste un plus grand équilibre entre travail et vie perso… Ça commence à revenir, très timidement, mais ça revient… De toutes façons, j’ai posé des vacances et je n’aurai pas internet, donc vrai break il y aura ! En attendant, j’ai quand même deux trois petits posts à vous présenter. Des astuces coutures et autres découvertes de sorties…

++

Pommaleau


photo sans rapport de mon balcon, mais fallait bien mettre une image à l’article et j’aime vraiment ce flamant rose !

Hawaii a feté ses deux ans

Ce week end, j’ai mis ma couture de coté (d’ailleurs j’ai enfin pris des photos ! je vais pouvoir réalimenter le blog), j’ai réagancé la maison spécial soirée hawaiienne pour l’anniversaire d’hawaii.

En tant que femme de militaire sans mari à la maison pour cause de mission, je me suis éclatée à décorer tout l’appart sans avoir à négocier quoi que ce soit (hi hi hi), bref, hawaii fetait ses deux ans, j’ai fait un jeu en 4 parties,  et une déco aux petits oignons que je vous montre maintenant :
IMG_20140913_183727[2]IMG_20140913_183801[1]IMG_20140913_183811[1]IMG_20140913_183834[2]

Oui j’ai même relooké les jus de fruits, et pour le gateau, je voulais le recouvrir de pâte à sucre, mais au final j’ai préféré mettre du chocolat dessus et n’ai pas coloré la pate à sucre…

Hawaii a été pourri gaté et s’est un peu caché pendant la soirée, pour l’année prochaine, je ne sais pas encore ce qu’on organisera !

Cousu main, j’aime bien

J’avais un peu peur à voir la pub partout, et surtout à voir l’état de la boutique en ligne (jeune) qui vend les patrons proposés dans l’emission. Je me suis dit, olala, le mainstream arrive jusque dans la couture, qu’est ce que ça va donner. Et Christina qui n’y connait pas grand chose dans la couture, et la juge qui elle aussi customise les pièces mais parfois pas top top…

Mais finalement, j’aime bien. Il y a un bon équilibre entre petits trucs pour débutants, histoire de la couture et compet’. Bon par contre les candidats n’ont clairement pas tous le même niveau, mais ça passe, leurs goûts sont différents, les rendus sont sympas.

Pour las gagnants, je parie Adelino. Comme un livre est édité ensuite, je pense qu’M6 privilégiera  un mec ce qui change dans le milieu couture, à moins qu’ils ne préfèrent quelqu’un de plus tourné blog comme Isabelle, dont le blog est ici: http://isalabo.canalblog.com/

Allez sur ce, je retourne à ma propre couture, et vous invite à être devant votre TV samedi prochain  !

Le travail, c’est comme une histoire d’amour

Au début, on est célibataire (= pas de job), on a des petites histoires ça et là (stages) ou bien des histoires où on ne s’implique pas trop (CDD, interim), et puis paf, il y a the histoire. Le CDI. Comme pour les histoires d’amour, il y a parfois le coup de foudre. On trouve tout bien dans cette boîte et dans ce job parfait. Il vaut mieux me direz-vous, car sinon, votre histoire risque de ne pas durer longtemps ou bien vous êtes là pour de mauvaises raisons. Pour reprendre l’expression d’un de mes anciens patrons, au début au travail, on est en vraie « lune de miel » et je suis assez d’accord avec lui. On trouve tout bien, tout roule, on est super volontaires et tout et tout. Les petits défauts, au début on les trouve charmants ou pas très graves, puis au fil du temps, on les tolère moins. Au fil du temps, la relation, si elle n’est pas travaillée, peut s’effriter, s’affaiblir. Si l’un donne plus que l’autre, ou si les deux ne font plus d’efforts. Il peut y avoir aussi de gros changements, comme dans un couple : un déménagement subit, une nouvelle donne (renouvellement d’équipe, changement d’orientations…) et si l’on n’a pas été concertés, si l’on n’est plus en phase avec l’autre, soit on travaille son histoire d’amour, soit on laisse tomber, et on redevient célibataire (idem soit c’est la boite soit c’est nous qui partons), soit on change de partenaires…

Aujourd’hui, mon couple s’effrite un peu. C’est la première fois qu’il s’effrite aussi tard (cela fait 1an et 4 mois que je suis là ! A mon job précédent, la première grosse épine était arrivée à 4 mois et demi…) Je pense que ça ne suffira pas à me faire changer de job tout de suite, mais c’est un premier cailloux. Quand j’en aurai un sac complet, il sera temps de partir. En attendant, je trouve vraiment rigolo de considérer l’APEC et Cadremploi comme des sites de rencontre avec plein de petites annonces, d’où l’objet de mon post et ma réflexion actuelle…